PanoRAMAzurel

Fausse beauté en plâtre multicolore,
Se pavanant dans nos rues étoilées.

Tu n’es que poussière éphémère sur l’oeuvre,
perpétuelle qu’est la femme.

J’objétise à ma guise cette créature divine
D’un langage abstrait, dénonçant l’immonde,
La perfidie de l’adage de la beauté.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s