Pawol d’athée

Dans les vapeurs du poisons divins
Ai-je trouve ma voie de séraphin?

Tu ne seras que noirceur

Le DieuE dans sa demeure
Me l’a dicté!

Dans les songes je m’installe,

Et tu ne recevras que
L’hostie pourri
Par l’amertume
Et le vin qui aura tourné.

Que la vinasse tourne tes boyaux
Que tu te meurs en te vidant
Des secrets meurtris
Dans ta panse que la claire
Clameur des chants de dieu tourmente ta chair.

Il te faut tenir droit
Devant les autres
Et leurs singeries sociétales.

Moi j’erre
À mille lieu de la.

Parlant de DieuE
et pour elle
alors que je n’y crois pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s