Kwa, koa?

Parcekya les autres
Et moi je meurs d’eux
Et d’leurs bonheurs
J’en prendrai bien deux

Parcekya les femmes
Et moi je ne veux qu’elles
Plus la tentation est grande
Plus longue est la quenelle

Pourki j’me prends
Pour un dieu wai
Y’a que l’infortune des perdants
Qui pend, frere.

Et leur baves
Sur les pavés adoucissent mes grands pas
Grand nègre et gras
Fantasmes de blanches aux gros bondas
Des négresses sur mon trône
M’éventent avec les chants divins

Dans ma cour
Un pot de fleurs sèches
Du sirop de cannes
Et un putain.

Quoi
Quoi?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s