Venez, venin, vie’d’shit!

Et si j’pouvais
Dans les vapeurs d’alcools
Dégagées par mon haleine te dire

“C’est la vie ça va passer”

Mais
Ça ne passe pas.

Elle se subit
Manipulant nos êtres par quelques
Éclairs, étoiles, soleil et joies
Éphémères, jouissives et dégueulasses
Comme la post-éjac
Et ouais, c’est crade
J’ai pas mieux ici.

Pousse la vérité aussi loin que tu
Puisses adorer te détester
Tes images futiles
D’une perfection inutile.
Je n’ai jamais vu de larves
Refuser la mocheté, la grosseur
Les vergetures, les seins petits
Pendants, les bites molles et
Celles dont tu fantasmes.

Quand tout est vu
Quand tout est dit
Quand rien est

Tout est la
Devant toi
Le mensonge des sens
Et des principes
Ses cages
Salopes!
Que je m’efforce de briser
Jusqu’à vous détester
Jusqu’à brûler votre doux subterfuge
D’humanité.

Je me suis tué à 24ans
Depuis
Je ne fais plus de regrets
Je les mets a la rue comme une pute
Haute gamme mais bon marché
Qu’elle aille taper les femmes cocues
Et les hommes impuissants
Que cet art chaudement glisse
Entre les cuisses de l’innocence de vos filles
Y’a que ça
Faut bien que je me vive.

Et dans vos livres
Je me livre en mensonge véridique
Je hais les gens autant que je les observe
La beauté comme thème
La vie dans la mort
C’est l’espoir que je vois

Quand les bactéries boufferont ta carcasse
Ou que tes cendres serviront a rien
J’aurais essayé d’être moins humain
De, ne regarder rien
Au, détachement de tout

Je donnerai corps et larmes
A l’infâme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s