White Lies

tout s’assume et rien ne se dit,
les amitiés, en réactions attentistes,
se subissent en sourires tristes.

le partage de l’amour sans passion
fait régner,
l’inégalité entre les êtres
en trait d’union.

J’ai essayé de vous dire
que j’avais besoin
de vous et cela a été
perçu
comme une requête vaine.

un désespoir, une déconvenue.
J’ai voulu me mettre entre vos bras,
projection maternelle, cherchant le
réconfort mais votre poids
ne s’est pas fait sentir.

Dans les éthers je m’élève et je m’égare
de la vérité en haleine alcoolisé
fit sombrer les coeurs,
et mon nom,
souvenirs s’il y en a eu de bons
rayé au noir marqueur.

je ne veux plus de mensonges
je suis ouvert
comme un livre et
vos yeux en font des mascarades,
des sympathies maladives.

tout s’assume et rien ne se dit,
les amitiés, en réaction attentiste,
se subissent en sourire.

le partage de l’amour sans passion
fait régner,
l’inégalité entre les êtres.

ce qui ne se dit pas et s’assume
consume mon corps et m’a laissé
vide
de sens.

mes amis, je me meurs de vous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s