odeur de laVendre

J’ai posé l’art
Près d’une pinte trop amère
J’ai déposé mes armes
Me suis avoué vaincu
Il n’y aura plus de lendemain chantant
Que des concessions
Compromis de l’être
Pour l’autre
Et ouais,
T’aurais fait quoi toi

Un prostitué allaité a la
Reconnaissance futile
Et aux leurres
Qu’une vie sombre
Fait briller

Et ouais
T’aurais fait quoi toi?
Je me meurs dans l’art cette bête sans âmes
Et toi
Et vous

Spectatisant l’irréel
Moi j’n’ai plus d’espoir
Un manque qui fait ma vie
Tourner en dés.

Et ouais
Et toi?

Et vous,
J’ai déposé les armes
Prenez moi dans votre réalité mensongère
Si je puis
Porter avec moi les gouttes
D’alcool et de substitut pour être
Votre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s