LondSome – Then, sir.

En quete de
drogue goudronnée
j’ai croisé

Un ange à la peau
si blanche
et laiteuse
qu’elle aurait le gout du sein
maternel

Une danseuse
d’opéra
sans tutu

et sans vouvoiements
j’ai volé
son être; sa respiration
était douce
et ses épaules
en direction
du ciel
à chaque prise

Les pieds en
entre chats
dans ses ballerines rosées
entre les conversations
de cette femme
en fauteuil roulant
qui connait tout le monde
elle se tortille
en ne voulant
pas dire
pas feindre le moins ennui
C’est LondSome
le petit pays des statues sans “figi”.

C’est le premier mouvement
De toute la danse dans cette inspiration
La violence qu’elle inflige aux poumons
Et la beauté de ses clavicules qui percent l’instant.
Son souffle qui englobe sa langue
Entre ses dents et dechire ses lèvres.

La danseuse
Le poète
Ce violeur d’intimité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s