IV – Les Sept mers, saga magnifique

J’ai essayé de trouver
Couleur à tes yeux
Et les saveurs
Des fleurs fanées m’envahissent.

On dirait une fin d’histoire
Sans commencement
Et des lettres qui s’effacent
Sans jamais naitre
Écrites dans la fumée
D’un cancer satisfaisant.

C’est le bruit du futur
C’est le genre Humain
C’est la tentation de sucer
Tes seins
C’est la mort entre tes reins,
Le souffle froid
Et les marches d’Hivers.

Sur un pont aux bordures dorées
Ce sont les arbres sans
Feuilles, et le vent glacial
Du Divers.

J’ai essayé de trouver goût
À tes lèvres
Mais le danger de m’y perdre
M’empêche de m’attacher
À cette idée.

Fais-moi donc un coupable
Parfait
Pour ce crime.

Mieux vaut mettre dans des
Lignes, le sombre, le deuil
D’un amour dont on ne peut vivre.

D’une passion qui
Consume
Sans jamais être allumée.

L’étincelle dans tes yeux
Et la profondeur
Qu’ils décrivent
M’enferment.

Je veux être libre
Victime
Tremper dans l’interdit mes
Désirs et envies
Sans jamais te succomber.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s