III Etait – SAISOMBRE ma saison de tonte viendra

III

A 70 sur l’autoroute

la fatigue rend le temps long

l’Etat de New-York

fusillé par les milliers de voitures

cherchant le nord

et le réconfort, des chaleurs du sud

Avec très peu de pudeur

pour la terre des épidermes rouges

nous montons

direction le vré mown

comme compagnon de fortune

mon frère

et sur terre si peu savent ou sont les leurs

pas besoin du même sang

pour trouver familier la lueur

dans les yeux

et dans le coeur

du vagabond de gauche.

cette espace est si grand

je m’y perds

passe par la fenêtre, des décors exotiques

et ces campagnards

étrangers de la ville

nous regarde comme des pionniers

a l’accent gras

on passe de villes en filles

inconnues

et j’me rêve a rencontrer une famille d’amish

c’est pas Philly

c’est pas la 

Pennsylvanie

qu’mon ami m’dit

et dans la voiture

je compte les lignes blanches

discontinues

continues

ça fait 8 heures que je roule

et les saveurs du pin dans l’air

me rappelle l’était a Foix.

a deux

dans cette balle

on essayera de panser la blessure des terres

dans l’alcool

et l’euphorie éphémère.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s