Elles. Retour aux sources

Sous mes doigts elle frémit
Son corps d’enfant
ferme
comme avant 20 ans.
Sous mes lèvres
se transforme en mille peaux, carapace du toucher
Etroite sous mes caresses elle se cambre. La voleuse de bonbon, corps d’enfant mais femmes, de sa toison de feu éteint je me régale
Etroite comme je l’aime sur ma peau.

Alcool rouge et, elle danse
Sur moi. Prends ses cheveux entre ses mains, les maintient au-dessus de sa tête. Ses yeux ronds magnifiques m’enrobent.

Plénitude et jouissance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s