Derniers vers – Le Marin

Puisque la raison
de l’amour
ne fonctionne pas
il me reste les vestiges
de la débauche
qui sommeil en moi.

puisque la saisombre
n’est qu’a la mort du vivant
je celebre dans l’alcool
les dernieres envies

oh oui
elles pourront
trouver en moi
ce qu’elles cherchent
tant à se debarasser
qu’elles se vident
dans leurs orgasmes
dans mes bras
qu’elles se délaissent
qu’elles pansent
leurs plaies

je ne suis bon qu’à ca
combler
combler
et je me détruis
je me nuis
je creuse ma tombe
à la recherche du moi
et de son bonheur tant souhaité.

qu’y a-t-il dans ce monde
de plus noble que les promesses
d’aristophane
Auxquelles
je reste accroché
et ce reve dont je crache
les derniers verres
dans ceci.

poete.
ecrivain.
bon à rien.
reveur.
utopiste.

je n’ai que cela
pour exister
des
lettres qui se lient
et moi
Mes maux
qui
mentent
couché sur un lit
à rever d’un futur
jamais promis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s