PWOZ – Avril avec un K.

Dans le coeur. Apres le cul. Celle la m’a fait mal. Tu m’as fait mal.

Comme un arrêt sec, une balle en plein coeur et le néant.

Toi, tu m’as fini et maintenant,

peut etre que je peux renaitre. Descendre un peu et me refaire

Mourir en paix, en perdant.

Je n’ai jamais aimé ça, et je n’aimerai jamais.

La distance, le moment fini, le cirque social de la fille et du gars.

Deux mondes.

Tes yeux bleus qui pleurent celui qui se loge dans ton coeur.

J’ai eu peur. J’ai peur.

Car j’en ai aimé des filles comme toi, des pleines de vie, des indépendantes, des accros des livres et des têtes

pensantes.

Aussi belles qu’intelligentes.

Putain qu’est ce que tu étais belle.

Qu’est ce que tu es belle.

Je m’enfous des lentilles, je me fous des lunettes.

Tu es plus belle avec des lunettes d’ailleurs.

Derriere celles ci,

Tes yeux bleus qui pleurent celui qui se loge dans ton coeur.

Avril

au gout du pere Labat et de l’ambition.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s